Charlotte MASON - L'éducation avec et par la nature

CHARLOTTE MASON, UNE EDUCATION A LA NATURE

Instruisant nos enfants à la maison nous nous sommes tout d’abord formés à la pédagogie Montessori, puis quelques années plus tard nous avons découvert la pédagogie de Charlotte Mason.

Cette pédagogie nous a séduit tout d’abord pour son approche de la littérature à travers les living book mais aussi pour son approche de la nature. Je vous explique pourquoi dans cet article.

Qui est Charlotte Mason ?

Charlotte Mason est née en 1842 et est décédée en 1923. Elle a consacré sa vie à essayer d’améliorer la qualité d’enseignement des enfants. Cette enseignante britannique a élaboré une méthode d’enseignement reposant sur quinze piliers :

  • Les Living books,
  • La Narration,
  • Le Comportement,
  • Les Courtes leçons,
  • Les Dictées,
  • Le Travail de copie,
  • L’Éveil artistique,
  • L’Observation de la nature,
  • Les Mathématiques,
  • La Poésie,
  • La Grammaire,
  • L’Histoire,
  • La Géographie,
  • La Langue étrangère,
  • La Bible.

Nous allons nous intéresser ici au pilier qui nous touche particulièrement sur ce blog, celui qui a un lien direct avec la nature : l’observation de la nature.

Voici la base de l’éducation de la nature pour Charlotte Mason :

Apprendre par l’expérience

Selon Charlotte Mason, la nature ne peut pas s’apprendre qu’en lisant des livres, des manuels scolaires ou par des apprentissages purement scolaires transmis entre 4 murs.

L’éducation à la nature doit se vivre ! La nature ne s’apprend pas dans les livres uniquement, elle s’expérimente. On l’apprend par le biais d’expériences personnelles prolongées directement en son sein.

Dans certains pays, il existe d’ailleurs deux mots pour désigner l’apprentissage.

L’un désignant un apprentissage acquis par expérience personnelle et l’autre désignant un apprentissage acquis grâce à la connaissance purement intellectuelle, apprise notamment dans les livres ou sur les bancs de l’école, ne faisant appel qu’à notre mémoire.

Pour Charlotte MASON, l’apprentissage de la nature doit donc impérativement passer par l’expérience vécue sur le terrain. Elle préconise donc une immersion nature quotidienne qui devrait être de 4 à 6h par jour notamment pendant la période des beaux jours allant d’avril à octobre.

Ce qui ne veut pas dire que le temps d’exposition à la nature cesse pendant l’automne et l’hiver, bien au contraire, mais il faudra peut-être ajuster le temps de sortie en fonction de la météo. Mais un effort devra être fait pour sortir tous les jours même s’il n’est pas toujours évident de se motiver quand les conditions extérieures ne sont pas optimales. Mais vous pourriez être surpris des effets qu’à la nature sur vous et vos enfants quand vous la faites entrer dans votre vie quotidiennement.

Miss Mason avait coutume de dire : « Ne soyez jamais à l’intérieur des portes alors que vous pouvez à juste titre être sans. »

Nous serons d’accord pour dire que passer 4 à 6 heures par jour à l’extérieur peut paraître difficile, voire impossible en raison de nos emplois du temps. Mais l’idée est de faire en sorte de faire petit à petit des efforts là-dessus pour arriver à mettre le nez dehors. Changer du tout au tout peut faire peur et peut ne pas s’accorder du tout à votre planning.

Alors l’idée à retenir est d’incorporer au maximum des sorties nature et si possible régulièrement. Pas besoin de brusquer les choses. Commencer par essayer d’intégrer à vos week-ends ou à vos semaines une sortie balade nature. Faire des trajets à pieds plutôt qu’en voiture quand c’est possible. Déjeuner dehors plus souvent. Prendre sa pause à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur. Trouvez le rythme qui vous convient ! Petit à petit ajouter des sessions et/ou du temps jusqu’au stade qui vous correspond à vous et à votre famille.

L’éducation Nature, une éducation régulière

Nous pouvons avoir le sentiment d’aller en nature lorsqu’on regarde une année entière, parce que nous sommes partis en vacances, en week-ends et que nous avons profité de la mer ou du bon air de la montagne. Chacun s’est même adonné à de chouettes loisirs extérieurs mais est-ce suffisant pour nourrir un être humain sur une année ?

Malheureusement la réponse est non. Non seulement les bienfaits de la nature n’ont pas d’effet sur nous sur d’aussi long terme mais en plus, pour que nos jolies petites têtes blondes apprennent la nature, ils doivent y passer du temps de façon régulière.

Le rapprochement avec le milieu naturel passe une immersion régulière

Il n’est d’ailleurs pas compliqué en général d’attirer nos enfants à l’extérieur (surtout lorsqu’ils sont jeunes), c’est plus nous, parents, qu’il faut convaincre de sortir.

Les enfants ont cette attirance innée pour la nature et ce qu’elle contient. Mais sans effort de notre part pour y consacrer un peu de temps, les enfants risquent de perdre cet appétit naturel et leur soif d’apprendre des choses la concernant. Ils passeront alors à d’autres centres d’intérêts pour s’adonner à d’autres activités, malheureusement, trop souvent devant des écrans.

Une Education en 2 parties

Le modèle éducatif pour la nature promu par Charlotte MASON comporte deux volets :

  • Un volet Action qui consiste à se rendre en nature. Se promener, prendre le temps d’une balade. Ce pas, peut pour certains d’entre nous, déjà représenter un effort et organisation, mais si vous êtes là, c’est que vous en avez envie, et rien que pour ça, BRAVO !
  • Le second volet est dit de Documentation.

Charlotte nous invite une fois l’immersion concrète en nature faite, à nous plonger dans les livres choisis avec rigueur, afin de répondre aux questions soulevées sur le terrain. Une documentation spécialisée et thématique aidera nos enfants à assouvir leur curiosité et les invitera sûrement à se plonger avec passion dans des ouvrages répondant à leur curiosité insatiable.

Journal nature

Charlotte Mason invite chaque enfant dès son plus jeune âge à avoir un carnet qu’il prendra avec lui à chaque sortie nature. En y ajoutant également la possibilité de faire un journal nature ou un carnet nature qui servira à répertorier toutes les découvertes faites par la famille dans le milieu naturel proche de chez nous ou ailleurs.

Voyons-les un peu plus en détails ensemble.

Action : comment faire une promenade nature ?

Où ?

A vous de choisir ! Le champ des possibles est énorme. Choisissez en fonction de votre environnement, de votre lieu de vie. Le principal étant d’être à l’extérieur.

Pourquoi pas faire de ce moment un moment attendu avec impatience ? Par exemple en préparant un pique-nique ou un goûter dans un endroit à l’extérieur de la ville ou un parc.

Cela demandera une certaine organisation et du temps certes, mais les bienfaits tirés seront nombreux (réf article Lien entre Nature et Santé et Enfants : La Nature et ses bienfaits)

J’habite en ville

Habiter en ville ne doit pas être un obstacle aux sorties nature. Il vous faudra alors être plus ingénieux, plus créatif pour trouver l’endroit idéal. Oui ce sera peut-être moins facile mais c’est possible tout de même.

Malgré le béton environnant, si l’on cherche bien, la nature est partout. Partez à sa recherche, ouvrez l’œil et vous la trouverez ! Ne voyez-vous pas des arbres, des fleurs, des fourmis, des moineaux, des pigeons, des insectes, des coccinelles, une petite pousse verte poussant sur le bitume ? On les trouve partout, même au cœur des villes les plus fréquentées.

Pour Charlotte Mason, la nature est tellement importante pour les enfants qu’une mère devrait faire tout son possible pour qu’ils aient cette opportunité de s’y immerger le plus souvent possible.

Que font les enfants lors d’une promenade nature ?

L’important lorsqu’on emmène nos enfants dans une promenade nature est de les laisser libre d’explorer. Il faut leur laisser du temps et de l’espace pour s’émerveiller, s’approprier les lieux, observer, mettre leurs sens en éveil (vue, ouïe, odorat, toucher, goût).

Nos enfants doivent avoir la possibilité de pouvoir dessiner et enregistrer leurs observations.

Matériel à emporter

Sac à trésors

Penser toujours à avoir sur vous un sac où vous pourrez y déposer vos petits trésors. Cela peut être un panier ou un sac (de récupération, en toile, en tissu, peu importe). Ce sac leur permettra de récolter leurs petits trésors trouvés lors de leur immersion nature. D’ailleurs un lien sentimental peut même parfois s’installer entre eux et leurs trésors du jour, ils seront tout fiers de contempler et de montrer.

Ils pourront ramasser librement et ramener à la maison leurs plus belles trouvailles : une plume, un caillou, une coquille d’œuf, une jolie feuille, une coquille d’escargot, etc.

Une fois à la maison,  ils pourront ainsi poser dans une corbeille ou un plateau sur une petite table ou un endroit dédié à l’exposition comme dans un petit musée leurs belles découvertes. Ainsi nous pourrons prolonger les bienfaits de cette sortie nature quelques jours après en apportant du vocabulaire et faire des recherches autour de leurs découvertes. Par exemple en cherchant le nom exact de la feuille ramassée ou pourquoi pas emprunter un livre sur l’escargot à la bibliothèque pour étudier cet animal qui a cette drôle de coquille ?

Récipients

Petite boîte transparente ou bocal, pour observer de près et attraper de petites créatures ou encore transporter un objet fragile qui ne peut être transporter dans le sac à trésor (comme une coquille d’œuf vide par exemple ou une exuvie de serpent).

On peut aussi penser à se munir au choix de :

  • Jumelles
  • Loupe
  • Filet

Attention, ce ne sont que des suggestions, pas besoin de tout avoir sur soi à chaque sortie. L’essentiel étant de maintenir un intérêt et la curiosité de notre enfant. Il ne faudrait pas les surcharger au risque de les encombrer avec un sac trop lourd car contenant trop de choses.

Si c’est leur souhait et qu’ils ont l’âge de porter eux même pourquoi pas, sinon il est possible de réserver un accessoire par sortie afin de raviver un intérêt si besoin.

Que fait le parent pendant une sortie nature ?

Surtout se retenir de trop parler et de diriger

Charlotte Mason insiste sur le fait que le parent ne doit pas diriger ces moments en se mettant dans un rôle de professeur. Le risque étant de transformer ce moment plaisir de nature en moment de classe. Cela risquerait d’avoir l’effet contraire souhaité et de dégoûter nos chers enfants. Donc moins on parle mieux c’est !

Notre but pour rappel, est que l’enfant crée un lien personnel avec la nature. L’échange doit se faire entre lui et elle.

Un enseignement trop actif ruinerait vos efforts. Et gâcherait ce moment.

Par contre on peut partager avec son enfant nos propres découvertes, nos interrogations, ce que l’on a vu.

Par exemple : « regarde cet érable comme il est grand ! Il commence à bourgeonner. Je vois beaucoup de pousses vert clair au bout de ses rameaux. »

Vous pouvez également proposer à vos jeunes enfants un jeu sensoriel en leur posant des questions les invitant à poser quelques instants leur attention sur les sons ou les formes environnantes « entends-tu ce chant d’oiseau ?  As-tu vu la forme des ailes de ce papillon ? »

En nous mettant dans une relation non pas d’élève-enseignant, mais dans celle de deux individus qui partagent leur expérience nature.

On peut bien sûr répondre à leur question lorsque l’on connaît les réponses. Et si ce n’est pas le cas, leur proposer de noter leur question et à notre retour à la maison de faire une recherche ensemble pour pouvoir y répondre.

Manifester notre gratitude

Un moment nature est un moment idéal pour savourer l’instant présent et prendre conscience de notre chance d’être là à cet instant précis et d’avoir pu bénéficier de cette belle rencontre avec ce beau paillon ou tout simplement de ressentir le bien être que  procure les rayons du soleil sur la peau.

Une occasion de partager notre joie sincère d’être là, ici avec notre enfant.

On peut aussi noter dans notre journal nature pourquoi je me sens bien et heureux d’être là. Ce que je trouve joli, incroyable, agréable, etc. On peut inviter notre enfant à faire de même ou le faire avec lui.

Cet exercice nous aidera à nous concentrer sur le positif de notre vie, à voir en la nature une source d’émerveillement et de beauté qui peut nous aider considérablement à être plus heureux jour après jour.

Si rien ne se passe comme prévu : Soyez curieux !

Et si rien ne se passe comme vous l’aviez espéré, montrez l’exemple.

Soyez curieux, silencieux, attentif, respirer, admirer la beauté d’une fleur ou d’un insecte. Donner envie par l’exemple plutôt que de diriger en donnant des instructions à suivre.

Il nous faut veiller à ne pas faire preuve d’indifférence ou de dégoût au risque d’anéantir tous nos efforts pour que nos enfants aiment la nature.

Intéressez-vous à leurs découvertes. S’il vous montre un brin d’herbe ou une fleur de pissenlit, soyez émerveillé avec lui. Demandez-lui ce qu’il aime dans cette fleur. Est-ce qu’elle a un parfum ?

Profiter des merveilles naturelles qui nous entourent pour amener nos enfants à s'émerveiller.

Parce que si au contraire vous ne manifestez qu’un faible intérêt pour une fleur aussi banale, ils le ressentiront. De même que s’il vous ramène un escargot, une limace ou un ver de terre et s’ils ressentent votre dégoût cela va freiner leur plaisir. Au risque d’anéantir tous vos efforts pour lui faire aimer la nature.

Pour nous assurer qu’ils gardent en eux le plaisir constant de regarder, écouter, toucher et sentir en nature il nous faut veiller à notre attitude en imitant nos enfants. C’est-à-dire en gardant nos yeux d’enfants capables de nous émerveiller comme pour la première fois devant une pâquerette par exemple.

Veiller à les habiller en tenue adaptée à l’extérieur

Leurs vêtements doivent bien sûr être adaptés à la saison de manièrequ’ils ne prennent pas froid ni de coups de soleil pouvant les freiner à une prochaine sortie s’ils se souviennent avoir souffert du froid par exemple et souhaitant rentrer au bout de 15 min.

Mais aussi veiller à ce que ce soit des vêtements qu’ils puissent salir sans restriction.

L’idéeest de ne pas les gronder car leurs chaussures ont de la terre ou de la boue. Ou encore parce que leur pantalon a des traces d’herbe sur les genoux.

Qu’ils puissent se salir sans se faire gronder. Sinon par amour pour vous, vos enfants n’oseront pas toucher ou s’aventurer gardant en mémoire que la nature c’est salissant voire dégoûtant ! Cela serait vraiment dommage.

Avoir son propre journal

Une autre manière de montrer l’exemple à nos enfants est de tenir notre propre journal nature, un journal de terrain. Celui-ci va au fil du temps devenir un support de documentation.

Avoir tout le temps sur nous notre journal ou carnet nature lors d’une promenade nous permettra par exemple d’y glisser une jolie plante ou fleur que nous ferons sécher. On pourra se poser pour y noter nos observations, ce que l’on a vu, aimé… On peut écrire et/ou dessiner, laissant aller notre créativité. Il est un support de découvertes et un moyen de nous rapprocher de la nature comme on ne l’a encore jamais fait.

Et rien de tel que de montrer l’exemple pour leur donner l’envie. Une belle façon de modéliser pour nos enfants ce que l’on attend d’eux.

Faites votre propre journal nature pour aider vos enfants à faire le leur.

Défi 1000 heures dehors

Aujourd’hui beaucoup prennent conscience de notre carence nature. Et lorsque l’on a pris conscience de tous les bienfaits à en tirer que ce soit au niveau des performances du cerveau, de notre état de santé, de notre bien-être, de notre bonheur en général, il ne nous manque plus de passer à l’action.

Une fois que l’on a pris conscience pour nous et nos enfants de nos besoins intenses voire même urgents de passer plus de temps en nature nous avons envie d’y remédier et d’agir pour passer plus de temps en nature. Mais comme tout le monde, nos vies modernes ne sont pas spécialement aménagées pour cela. Pourtant des études américaines ont montré qu’un enfant passe en moyenne 1200 heures devant un écran en un an. Sachant cela il nous semble alors peut-être plus probable de faire des efforts pour nous améliorer en passant plus de temps à l’extérieur.

On voit naître des challenges pour tenter de passer plus de temps en nature comme par exemple le défi d’une famille américaine nous proposant de remplacer ces 1000 heures passées devant les écrans contre 1000 heures passées dehors en pleine nature en un an.

1000 hours outside – https://www.1000hoursoutside.com/index.html/

Sur le site, on peut y télécharger gratuitement des trackers pour noter nos heures passées à l’extérieur nous permettant de rester motivés même quand le temps n’est pas spécialement au rendez-vous. Le côté défi avec cette feuille à remplir peut nous permettre de garder notre objectif en tête en l’accrochant dans la cuisine par exemple. Et elle aura un effet motivant nous incitant à vouloir remplir les cases.

Et si ce challenge est vraiment irréalisable pour vous et votre famille rien ne vous empêche de faire du sur-mesure pour ne pas se retrouver en situation d’échec. Commencez pourquoi pas par 2h de nature par semaine. L’idée est de faire des efforts dans ce sens. Chacun à son rythme. Surtout ne pas se décourager !

Connaissiez-vous Charlotte Mason ?

Le journal nature vous tente t’il ? Pour vous ou vos enfants ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

  1. J’aime beaucoup le rapport de Charlotte Masson avec la nature. La citation qui m’a le plus marqué c’est “Il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que de mauvais vêtements.”
    J’ai investi dans des salopettes et autres vêtements qui ne craignent rien pour laisser mes enfants explorer librement lors de nos sorties.
    Au plaisir de lire tes prochains articles

    1. Auteur

      Je partage tellement ! Ce ne sont que des vêtements après tout alors que les souvenirs restent eux à jamais ! Charlotte MASON a vraiment créé comme Maria MONTESSORI, une superbe philosophie de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *