La récolte de la sève de bouleau, cet élixir naturel, se fait au début du printemps.

LA SÈVE DE BOULEAU, L’ÉLIXIR DU PRINTEMPS

C’est parti, c’est l’ouverture officiel de la saison de récolte de sève ou d’eau de bouleau. Cet élixir du printemps est un véritable cadeau de la nature.

QU’EST-CE QUE C’EST QUE LA SÈVE DE BOULEAU ?

A la sortie de l’hiver et au début du printemps, les arbres se réveillent et pour alimenter les bourgeons au bout de chaque branche, l’arbre fait monter sa sève ou son eau pour apporter tous les nutriments dont a besoin le bourgeon pour grandir. La période est assez courte, il ne faut donc pas la rater. Elle commence généralement à la mi-mars jusqu’à la mi-avril. C’est donc la période à ne pas manquer.

Il ne faut pas confondre la sève de bouleau avec le jus de bouleau. Le jus de bouleau est fabriqué à partir d’une décoction de feuilles séchées et possède des propriétés beaucoup moins importantes que la sève.

MAIS POURQUOI IRAIS-JE CHERCHER LA SÈVE DU BOULEAU ? QUELS SONT SES BIENFAITS ?

La sève est riche de tellement de choses que je vais avoir du mal à être exhaustif, je ne vais citer que les éléments que nous connaissons principalement et qui méritent d’être connu pour appuyer sur l’utilité de la sève de bouleau.

La sève de bouleau a des propriétés* :

  • antalgiques (antidouleur)
  • anti-inflammatoires

La sève de bouleau est riche* :

  • en vitamines A (croissance de nos cellules), E (fonction anti-oxydante), D3 (favorise l’absorption du calcium), C (bienfaits multiples), B1 (bienfaits sur les flux nerveux), B2 (favorise la production de kératine, agit sur la vision), B3 (bonne pour le foi), B5 (aide à la mémoire, au raisonnement, à la concentration), B6 (aide à la production d’hormones essentielles), B8 (production d’énergie), B9 (production du matériel génétique ADN et ARN), B12 (essentielle au fonctionnement du cerveau et de systèmes nerveux), K1 (favorise la coagulation sanguine)
  • en minéraux : magnésium (pour éviter les petites déprimes), potassium (favorise la circulation sanguine), calcium (bon pour les os), silicium (dérouille pour les articulations), sélénium (effet anti-oxydant), phosphore (solidité des os et des dents), lithium (régule l’humeur et est anti-dépresseur), zinc, …

* La liste des bienfaits cités ne serait être exhaustive, j’ai choisi de ne citer que les bienfaits les plus courants et ceux qui parlent le plus.

La sève de bouleau est un élixir magnifique en cette sortie d'hiver.
Il y a tellement de bienfaits dans un verre !

Voici la liste des bienfaits reconnus de la sève de bouleau :

APPLICATION INTERNE :

  • DÉTOXIFIANTE

La sève de bouleau détoxifie les organes et la peau qui sont chargés d’éliminer les toxines. En cette sortie de saison d’hiver, c’est juste l’idéal ! Elle aide donc les reins, les poumons, le foie, le sang et la peau à faire le ménage.

  • VITALISANTE

Elle apporte de nombreux minéraux et oligo-éléments. Donc même si elle détoxifie d’un côté (opération qui peut amener fatigue), elle nourrit de l’autre donc pas de coup de fatigue lié à la détoxification.

  • REMINÉRALISANTE

Les mêmes minéraux, oligo-éléments et vitamines vont apporter au corp tous les éléments qu’il faut là où il faut. La sève reminéralise les articulations (aide au rhumatisme), renforce et réhydrate les muscles qui peuvent avoir du mal à reprendre du service si jamais vous avez été au repos pendant l’hiver. Elle apporte un bon coup de fouet aux personnes en convalescence ou âgées qui ont peut-être été fragilisées par l’hiver.

  • DRAINANTE

En lien avec ses propriétés détoxifiantes, la sève de bouleau favorise la perte de poids en favorisant le drainage de la cellulite et en stimulant le métabolisme.

  • ANTICHOLESTEROL

Elle contribue à l’élimination du cholestérol.

  • HYDRATANTE

La sève de bouleau, appelée aussi eau de bouleau, est composée à 99% d’eau, la boire est très désaltérant et n’appelle pas à la surconsommation. Un allié idéal pour le corps.

APPLICATION EXTERNE :

  • PEAU

Son pouvoir détoxifiant fonctionne aussi très bien en application cutanée. Elle peut diminuer les effets de l’eczéma, des dartres, du psoriasis, de l’acné.

  • CHEVEUX

Elle permet de traiter la dermatite du cuir chevelu et aussi les pellicules.

COMMENT LA CONSOMMER ?

SEVE FRAICHE :

C’est celle que vous allez récupérer directement à l’arbre ou celle que vous pourrez trouver dans les commerces BIO en général et qui doit être conservée au frais pendant 4 semaines maximum. La sève fraîche ne subit aucune transformation même celle qui vous pourrez trouver dans le commerce.

Il faut savoir que la sève fraîche se bonifie avec le temps (au cours des 4 semaines) mais prend de ce fait aussi un goût plus prononcé qui peut être difficile à avaler. Mais son vieillissement, sa fermentation naturelle, favorise le déploiement de ses principes actifs donc ça vaut le coup de se forcer jusqu’au bout de la cure. Ainsi, son goût est très neutre au début, on dirait de l’eau avec un petit arrière-goût très faible, pour tendre vers un goût beaucoup plus fort que vous pourrez couper avec du citron par exemple.

Il est conseillé de faire la cure de sève de bouleau pendant un minimum de 10 jours sur une période de 30 jours à raison d’un verre (200ml) par jour à prendre à jeun le matin.

SEVE STABILISEE :

La sève stabilisée n’est plus brute. On lui ajoute du jus de citron, des bourgeons de plante et un peu d’alcool végétal pour empêcher l’eau de fermenter. Elle se conserve plus longtemps et n’a pas besoin d’être conservée au frais contrairement à la sève fraîche. Elle est donc consommable toute l’année. C’est un avantage par rapport à la sève fraîche mais le cycle naturel n’est plus respecté. Les bienfaits sont moins prononcés puisque le processus de fermentation a été stoppé.

Elle permet en revanche de faire une cure avant d’entrer dans l’hiver, ce qui est un bon point pour elle. Autre astuce à connaître sur la sève stabilisée, elle peut utilisée pour les coups de fatigue et aussi après un bon gros excès pour nettoyer l’organisme.

La sève stabilisée se prend sur la même durée mais en versant 3 bouchons dans un litre d’eau qu’il faudra boire tout au long de la journée.

CONTRE-INDICATIONS

Certains vous diront qu’il n’y a aucun risque à la consommer, d’autres vous en feront une liste longue comme le bras. Soyez prudent. Voici les contre-indications récurrentes :

  • La sève de bouleau est contre-indiquée pour les personnes ayant une allergie aux pollens de bouleau.
  • Si vous souffrez de pathologie sur les organes cités (reins, poumons, foi) ou maladie du sang, il ne faut pas en prendre car la sève de bouleau est très drainante.
  • Les femmes enceintes et allaitantes ne doivent pas faire de drainages, donc la sève de bouleau est à proscrire.
  • La sève de bouleau est généralement déconseillée aux enfants.

COMMENT DOIS-JE FAIRE ?

  • Trouver le bon arbre
Le bouleau est un arbre aux multiples vertus.

Il faut tout d’abord trouver un bouleau. Choisissez le bon endroit, demander l’autorisation si vous êtes sur un terrain privé ou dans un parc, en forêt ça peut rester interdit surtout en forêt domaniale, donc soyez discret si vous souhaitez pratiquer cette récolte. L’arbre devra être assez gros, on parle souvent de privilégier les arbres dont le diamètre du tronc est supérieur à 30 cm. Vous pourrez prélever plus de sève en une seule journée sans trop affaiblir l’arbre.

  • Matériels nécessaires
    • de quoi percer l’écorce de l’arbre (vrille, chignole, perceuse mais seulement si vous avez un bouleau chez vous, sinon ça ne le fait pas). Le diamètre du trou dépendra de la solution adaptée pour récupérer la sève mais le trou au maximum faire 2cm.
    • de quoi récolter la sève de bouleau : une bouteille.
    • de quoi fixer la bouteille à l’arbre : une corde ou de la paracorde, ce sera l’occasion de revoir vos nœuds.
    • de quoi faire couler la sève dans la bouteille, deux systèmes au choix :
      • couper un peu l’écorce avec un couteau pour relever un morceau d’écorce sous le trou pour faire un bec verseur.
      • prendre un tuyau et l’insérer dans le trou de l’arbre, le diamètre de votre trou devra s’adapter au diamètre de votre tuyau. Vous pouvez aussi choisir d’insérer une paille dans votre trou.
  • Percer l’écorce de l’arbre

Le trou devra se faire du côté sud de l’arbre. Vous vous dites ça devient compliqué là, non ? En fait c’est biologique. L’arbre va pousser plus de sève lorsqu’il se réchauffe surtout si le contraste entre les températures de la nuit et de la journée est fort. Donc en visant au sud, vous serez là où il y a le plus de sève brute.

Dès que vous aurez atteint la zone de circulation de la sève, vous allez vite le savoir car la sève coule tout de suite.

  • Installation de la bouteille et du système de goutte à goutte

Je l’ai un peu abordé dans le sous-titre « matériels nécessaires ».

Vous pouvez soit attacher la bouteille autour du tronc au niveau de votre trou soit la poser au sol si vous avez un tuyau suffisamment grand. L’avantage du second système est d’être plus discret.

La corde est indispensable pour assurer la pose du récipient le long du tronc.
La paracorde est un outil indispensable pour qui veut passer du temps en nature.
  • Une fois la récolte faite

Il est bien entendu hors de question de laisser ce trou béant ouvert, aussi petit soit-il, par rapport à la taille de notre arbre. Cet arbre a été généreux avec nous et nous a donné un peu de sa vie avec cette vitalité qu’il y a dans sa sève alors nous devons en retour lui donner la possibilité de bien poursuivre sa croissance.

Il va donc falloir reboucher le trou. Pour cela, enfoncer un morceau de bois vivant, si possible, dans le trou. N’hésitez pas à forcer un peu, il faut que ça tienne bien. Il faudra couper ce qui dépasse et appliquer sur le trou un baume cicatrisant pour aider l’arbre à se réparer.

Après la récolte de la sève de bouleau, il est important de boucher le trou pour éviter aux parasites de tuer l'arbre.
Ce petit bout de bois rebouche le trou. Il faut ensuite le couper à ras et appliquer le baume cicatrisant.

C’est une plaie que nous lui avons faite donc comme un humain qui se blesse doit se désinfecter la plaie, nous devons aider l’arbre à cicatriser. Donc, nous pouvons appliquer sur la plaie : de la cire, de la résine, de l’argile prise dans le sol ou de l’argile verte par exemple. Il faut donc bien boucher le moindre petit trou, il faut que notre cataplasme soit étanche à tous parasites extérieurs. Ces parasites pourraient provoquer à terme la mort de l’arbre.

Nos outils devront donc eux aussi être propres pour ne pas amener de parasites au moment où le trou est percé.

Nous avons donc une grande responsabilité vis-à-vis de cet arbre et donc dans la protection de la flore.

Si jamais vous n’en trouvez pas mais que les bienfaits décrits vous attirent, vous pouvez vous rendre en boutique BIO, vous en trouverez énormément en cette saison d’abondance. Petite information complémentaire : en magasin, le prix de vente est assez cher. Il faudra veiller à choisir une sève de bonne qualité, c’est-à-dire sans conservateurs, non pasteurisée et non nano-filtrée.

La sève de bouleau est un élixir magnifique en cette sortie d'hiver.
Un verre par jour pendant 10 jours minimum suffit à rebooster l’organisme. Vous allez essayer ?

J’espère que vous aurez autant de plaisir que moi à partir à la recherche du bouleau qui vous offrira sa sève. Que vous sauterez de joie lorsque les premières gouttes apparaîtront tout comme je le fais encore à chaque fois ! Et enfin, que vous pourrez ressentir tous les bienfaits de la sève de bouleau sur votre organisme et votre bien-être.

Avez-vous déjà goûté de la sève de bouleau fraîche ? Etes-vous déjà parti à la récolte ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *