La première règle de base pour se protéger des maladies transmises par la tique est de se contrôler régulièrement. Plus vite elle est défaite moins il y a de risque.

J’ai décrit la tique en long, en large et en travers dans l’article intitulé “Tout savoir sur la TIQUE ou pou des bois”. Il est évident à la lecture de l’article, et, de tout ce qu’on entend partout sur les maladies transmises par la tique, qu’il faut IMPERATIVEMENT se protéger de la morsure de la tique. Je vous détaille ici différentes techniques à garder en tête pour éviter la morsure de la tique ou alors, de réduire la durée de l’ancrage de la tique sur notre peau.

Première information à bien garder en tête, que je souhaite partager avec vous : même si la période la plus à risque se trouve entre avril et novembre, la tique reste présente toute l’année.

Et nous pouvons vous le confirmer puisque notre Soso s’est fait mordre en plein mois de février.

1 – Se protéger grâce aux vêtements

On peut se protéger en adaptant sa tenue sans forcément sortir la combinaison de protection intégrale, sans quoi nous risquons de passer une sortie bof bof. Il y a un compromis entre le tout léger et le tout lourd.

Pour se protéger de la tique, il faut se couvrir mais attention, il n'est pas utile de tomber dans l'extrême pour s'en protéger.
Pour se protéger de la tique, il faut se couvrir mais attention, il n’est pas utile de tomber dans l’extrême pour s’en protéger.
  • Porter des vêtements longs qui couvrent le plus possible les jambes et les bras. Si possible, prenez les plutôt clairs que sombres pour éviter de galérer lors des contrôles. On oublie le petit short et T-Shirt ou la brassière. Et en plus, on rentre le t-shirt dans le pantalon. « La classe ? Vous avez dit la classe ? Je ne connais pas » ;
  • Porter une casquette ou un chapeau, surtout pour les enfants qui sont forcément plus près du sol que nous, adultes. Mais tout le monde devrait en porter un ;
  • Porter des chaussures de randonnée à tiges hautes (c’est à dire une paire de chaussures montantes qui arrivent au-dessus des chevilles) ;
  • Porter des chaussettes hautes dans lesquelles vous rentrerez votre pantalon ! Eh oui, on oublie le côté SWAG ! On peut trouver aujourd’hui des chaussettes imprégnées d’un répulsif à tique ;
  • Préférer une sieste sur une couverture ou autres plutôt que directement dans l’herbe ou sur un bon tapis de feuilles.

2 – Se protéger grâce aux répulsifs

  • Un répulsif n’est pas l’arme absolue contre les tiques, ainsi leur utilisation ne vous dédouanera pas des conseils ci-dessus ou ceux cités un peu plus bas. En tout cas, ils ne peuvent pas faire de mal. Certains s’appliquent sur les vêtements, d’autres sur la peau, il faut lire le mode d’emploi avant. Attention aussi aux contre-indications (femmes enceintes ou allaitantes, jeunes enfants, …). Ces précautions s’appliquent pour les solutions commerciales ou le fait-main.
  • Vous pourrez en trouver en pharmacie ou dans toutes les boutiques qui proposent des produits outdoor (Décathlon, Nature et Découvertes, …).
  • Vous pouvez aussi en fabriquer un vous-même à partir d’huiles essentielles, on trouve de multiples recettes sur Internet, la base est le Géranium Bourbon, la Lavande Vraie et une huile végétale pour lier le tout.

3 – Autres accessoires pour se protéger

  • Il existe des répulsifs à ultrason que vous pourrez porter à la ceinture pour vous protéger des tiques. Ils sont testés et validés en laboratoire. Son prix est assez cher mais bon, j’avoue, chez nous, j’ai franchi le pas. Un répulsif de ce type n’a aucune substance chimique et peut donc être utilisé par tout le monde. Il a en moyenne un périmètre d’action de 3m et fonctionne par tous les temps.
  • Il est aussi possible de trouver maintenant des combinaisons anti-tiques. Ça ressemble à une moustiquaire géante mais pas vraiment pratique en nature. Le risque de s’accrocher est important donc de créer un trou dans la combinaison.

4 – Effectuer un contrôle visuel régulier

Il ne faut surtout pas attendre d’être rentré à la maison pour faire les premières vérifications. En milieu de balade, il est prudent de pouvoir faire une vérification de tout le monde. On se met à l’écart des chemins et on regarde, ça permettra de les retirer avant même qu’elles ne s’accrochent. Elles peuvent être repérées en train de grimper sur nous ou sur nos vêtements.

5 – Se contrôler dès le retour à la maison

Il n’y a pas 46 solutions, tous les vêtements vont dans le panier à linges sales pour être nettoyés rapidement. Tout le monde tout nu, inspection du moindre recoin par un autre et douche pour tout le monde pour faire tomber les tiques non accrochées. On n’oublie surtout pas les cheveux, on se les brosse avec une brosse fine (brosse contre les poux) pour les retirer des cheveux comme ça elles n’iront pas se loger dans le cuir chevelu. Plus la tique est retirée rapidement, moins il y a de risque qu’elle ait eu le temps de nous transmettre ses cochonneries. Si on préfère le faire seul ou que l’on est seul, utiliser un miroir et soyez rigoureux dans l’observation de toutes les zones un peu cachées de votre corps (aisselles, plis du coude, creux des genoux, le cuir chevelu, derrière les oreilles, la zone génitale).

6 – Notre équipement personnel

Nous n’avions jamais trop prêté attention à notre tenue vestimentaire lorsque nous sortions en nature. Nous n’avions jamais eu de notre vie un problème avec la tique malgré les nombreuses heures que nous passons à traîner en nature. Ce n’est pas que nous pensions être au-dessus dès loi de la nature mais comme nous n’avions jamais été mordu, nous avons sans doute relâché la garde. Néanmoins, nous avions fait, il y a quelques années, une trousse de premiers secours (pansements, aspi-venin, bandages, désinfectant…) pour le “au cas où”. Cette trousse n’avait jusqu’à ce jour jamais été utilisée (à part peut-être pour quelques pansements servant en cas d’ampoules aux pieds). Cette trousse contenant entre autre le fameux tire-tique ! Nous prenions déjà cependant les mesures pour faire les contrôles corporels à chaque retour de sortie surtout en pleine saison ou en zone à risque.

Le changement brutal s’est fait lorsque nous avons trouvé en février dernier une tique fixée à l’aine de notre Soso. Ça a été l’électrochoc qui nous a fait remettre les pieds sur terre et nous rappeler que la nature est souveraine.

Depuis, nous avons sortie la tenue de combat pour nos sorties nature, je vous précise ici ce que nous avons choisi de mettre en place pour nos sorties pour réduire les risques :

  • Tous les membres de la famille portent un sous-pantalon type leggings sous le pantalon de randonnée
  • Ce sous-pantalon est rentré dans les chaussettes montantes que chacun portent
  • Tout le monde porte des chaussures de randonnées à tige haute avec le pantalon par-dessus la tige de la chaussure
  • Un long maillot de corps à manche longue qui colle à la peau et qui sera rentré dans le sous-pantalon (l’objectif étant qu’en s’accroupissant la raie des fesses reste bien cachée)
  • Un couvre-chef (chapeau, casquette, bandeau, …) vient protéger notre cuir chevelu

En complément, le tire-tique n’est plus à la maison mais dans la trousse à pharmacie qui nous accompagne tout le temps pour agir au plus vite. Je bombe les vêtements de tout le monde avec les produits répulsifs.

Un répulsif à tique est applicable soit sur la peau directement soit sur les vêtements.

Le répulsif à ultra-son m’accompagne désormais en sortie, il est fixé systématiquement à ma ceinture. Je verrais ensuite si j’équipe tout le monde, tout va dépendre des résultats du test que je suis en train de réaliser, est-il efficace ou non ?

J’ai partagé avec vous tous nos trucs et astuces pour lutter efficacement contre la tique et ainsi se protéger de sa morsure le plus longtemps possible. N’hésitez pas à partager avec nous toutes vos astuces pour que nous puissions tous profiter plus tranquillement de la nature quelque soit la saison.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

  1. J’ai enfin acheté un tire-tique pour ajouter dans le trousse de secours de balade.

    1. Auteur

      C’est génial ! Vous avez bien fait, il vaut mieux prévoir, ça ne prend pas tellement pas de place que s’en priver est dommage. Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *